Pages Menu
Categories Menu

Posted on 6 Mar 2012 in A fondo, Publicaciones

[FR] “Les Chrétiens d’Orient et les Printemps Arabes” : réponse du Père Rif’at Bader à M. Alain Juppé

Réaction du Père Rif’at Bader suite à l’article de M. Alain Juppé, ministre des Affaires Etrangères pour la France : “Les Chrétiens d’Orient et les Printemps Arabes” (dans le journal La Croix du 28 janvier 2012).

Excellence M. le Ministre,

J’ai lu comme d’autres votre article “Les Chrétiens d’Orient et les Printemps Arabes” (dans le journal La Croix du 28 janvier 2012) qui a été traduit dans plusieurs journaux, entre autres dans nos journaux locaux en Jordanie dont El Rai du 1er mars 2012.

Je vous écris aujourd’hui de la Jordanie bien que le journal El Rai dise que vous ne parlez pas des chrétiens de Jordanie. Et ce que votre Excellence a écrit n’est qu’une remarque personnelle. Je vous fais remarquer, M. le ministre, que l’identité Chrétienne est la même, partout pour les chrétiens d’Orient, même s’il y a des différences dans le degré de sécurité et de liberté qui permet aux citoyens de vaquer en toute tranquillité à leur travaux pour le développement du pays. Mais votre article, signé par vous-même comme ministre des affaires étrangères et européennes, porte , sans aucun doute, un cachet officiel.

Je voudrais tout de même vous remercier d’avoir parlé dans votre article de la “présence” des chrétiens . Malheureusement, notre journal local a traduit en arabe par “existence“. J’ai consulté le journal en français et j’ai remarqué que vous parliez de présence et non d’existence. Est-ce que les journaux arabes se sont trompés en traduisant; remplaçant présence par existence ? Ou alors sommes nous restés ou revenus à la simple idée d’une existence géographique et démographique, mettant de côté une présence efficace et coopérante, travailleuse et positive comme elle l’était dans le passé et l’est actuellement et continuera à l’être dans le futur ? La différence est grande, votre Excellence, entre existence et présence.

Vous avez parlé, dans votre article de nos frères les chrétiens en Irak. Ils ont été massacrés et leur nombre a diminué. En effet, pour eux, il y a un problème d’existence qui est plus fort encore que le problème de présence, et on ne trouvera de solution à ce problème que par des temps pacifiques.

Mais votre Excellence, Mr. le ministre, n’a pas parlé des causes qui ont, de nouveau, ramené les problèmes des chrétiens d’Orient à un problème de simple existence. Ce qui se passe en Palestine – la Terre Sainte- depuis des dizaines d’années, se répercute sur l’Irak; et les deux cas sont semblables par les causes et les résultats; je veux dire l’immixtion des Etats étrangers militairement dans les pays et les peuples. Cela a déchiré le monde arabe en petits pays et a certainement affecté les chrétiens. Les chrétiens ainsi que les musulmans ont dû quitter Jérusalem – Ville Sainte – et d’autres villes et villages et la cause essentielle en a été l’occupation israélienne. Les chrétiens d’Irak, de même, ont été dispersés, sans possibilité de retour, à cause de l’occupation des armées américaines qui a été soutenue par beaucoup de pays occidentaux.

Par hasard, j’écris cet article au moment-même où je viens de dire au revoir à une famille irakienne (la Famillle Rassam) qui est restée plus de huit ans dans notre paroisse en Jordanie. Ils ont frappé à toutes les portes des ambassades et finalement l’ambassade de la Nouvelle Zélande a eu pitié d’eux et ils doivent partir dans deux jours. Je vous dis la vérité, j’ai eu le cœur gros à leur départ en pensant qu’ils ne reviendront sans doute jamais. Mais qui leur a causé tous ces malheurs et ces souffrances ? Qui a été la cause de leur départ, sans pouvoir revoir leur cher pays ? Les pays occidentaux n’auraient-ils pas pu mettre toute leur influence pour instaurer la paix et le bien-être au lieu de nous inonder de belles paroles vides ? Or tous les efforts du Conseil de Sécurité et les Nations Unies et tous les pays civilisés ont poussé le monde à voir des images lugubres d’un ancien président jugé et condamné et exécuté et qui a laissé derrière lui des malheurs. Et surtout l’état misérable des chrétiens qui frappent aux portes de vos ambassades d’une manière digne de pitié.

Dans votre article, vous avez dit que vous avez reçu les blessés de “Sayidat Annajat” ou Notre-Dame de Secours, et vous avez très bien fait, mais le Roi Abdallah II Ben Hussein de Jordanie vous a précédé, en ouvrant grandes les portes de son royaume pour recevoir nos frères d’Irak et en nombre bien plus important que ceux que vous avez mentionnés, et ce sont les Nations Unies et les institutions chrétiennes, entre autres la Caritas jordanienne, qui ont offert les secours de santé et de vivres et continuent ce travail jusqu’à présent. Donc la question dépasse de beaucoup l’acceptation de quelques blessés et leurs familles. Il est temps d’arrêter des crimes pareils, pas seulement à l’encontre des Chrétiens et ceux qui prient dans les lieux de culte, mais les crimes contre l’humanité. Qui a préparé le terrain pour ce travail dans les lieux de prières ? Est-ce que ne sont pas les gouvernements occidentaux qui ont fait croire au monde, la présence et le danger des armes chimiques et de la nécessité de détrôner le dictateur ? N’auraient-ils pas mieux fait s’ils avaient trouvé des moyens éducatifs et humains au lieu de chercher une démocratie illusoire par la force des chars militaires ?

Est-ce que ce n’est pas l’occupation étrangère qui est la cause essentielle de ce que nous voyions aujourd’hui ? Depuis des générations nous n’avons pas entendu parlé des églises brûlées ou détruites sur la tête des gens qui prient, fallait-il attendre le 21ème siècle pour voir ces horreurs en direct sur les chaînes de communication ? Et la cause, M. le Ministre n’est pas claire extérieurement, elle est cachée, après l’arrivée des groupes extrémistes et des slogans disant qu’il faut éliminer l’autre – cependant la vraie cause vient de l’ extérieur.

Les chrétiens d’Orient sont une partie intégrante de leur peuple et ils ont été fidèles dans leur travail et ont servi leur société d’une manière exemplaire ainsi que leurs Eglises, tant que les gouvernements différents leur donnaient la liberté de le faire. Le Printemps Arabe, n’est pas une catastrophe pour les chrétiens, même s’il est vrai que certains pays devraient faire un plus grand effort de démocratisation. Cependant le problème n’est pas les chrétiens, les chrétiens font partie de leur peuple et ce qui arrive aux autres arrive à eux nécessairement, pour le meilleur ou pour le pire. Le danger pour les chrétiens de Syrie, de qui vous avez parlé d’une manière particulière, ne vient pas de leur adhésion au changement ou de la résistance mais des forces extérieures qui jouent sur les religions et qui créent la division dans le peuple lui- même. Le vrai Printemps Arabe est de laisser les peuples choisir eux-mêmes leurs dirigeants et de ne pas décider vous-mêmes pour eux.

Maintenant nous devons réfléchir, après avoir reçu tant de réfugiés syriens en Jordanie: sommes – nous sur le point d’un deuxième “exode”, un exode des chrétiens qui vont se mettre devant vos ambassades et frapper à vos portes ? J’espère que non. J’espère, plutôt, que les promesses que vous mentionnez dans votre article se réaliseront. Si des milliers de réfugiés chrétiens de Syrie partent, ils seront accompagnés par d’autres non – chrétiens. Donc la catastrophe n’est pas pour les chrétiens seulement mais plutôt humaine et nationale. Ajoutez à cela la question de savoir où vont aller les chrétiens d’Irak qui se sont réfugiés en Syrie depuis des années? Les voilà de nouveau réfugiés. Que pouvez-vous faire de plus que vos promesses qui ne peuvent nourrir ni enrichir personne?

La France a contribué dans le passé au programme de tutelle étrangère, et chaque grande nation a choisi une Eglise particulière à la fin de la période ottomane. Mais aujourd’hui les chrétiens d’Orient n’ont plus confiance dans la tutelle étrangère. Ce qu’ils recherchent, à présent c’est un travail sincère et efficace, propre et loin des gains sordides, pour continuer le plan de la paix dans le Proche Orient. Le problème majeur, est la question palestinienne et la possibilité des fidèles d’arriver au Lieux Sacrés. Que fait l’Europe quand une personne de Bethléem est empêchée d’arriver au Saint-Sépulcre qui est à moins de dix kilomètres de sa maison? Le Patriarcat Latin a bâti plusieurs bâtiments pour héberger les familles à Jérusalem et dans les environs, et nous n’avons jamais entendu qu’un gouvernement étranger ait aidé à ces projets. N’est-ce pas donc vrai que les gouvernements étrangers ne servent qu’en parole?

Les chrétiens qui ont assisté au Synode de l’Eglise Catholique au Vatican, ont trouvé l’aide et l’encouragement des Eglises d’Europe, à travers une contribution vraie venue d’organismes ecclésiaux comme la Caritas, qui ont aidé les écoles, les universités, les hôpitaux et les sociétés locales. Aujourd’hui, il est aussi nécessaire de soutenir les moyens de communication et les centres d’études pour que les chrétiens d’Orient aient leur mot à dire et que le monde entier les entende. Vous avez dit que vous entendez la voix des chrétiens d’Orient, et ceux-ci n’ont pas parlé de leurs gouvernements, tout ce qu’ils demandent c’est que vous continuiez à travailler pour la paix, et cela contribuera à la sécurité, la justice, l’égalité et à une citoyenneté pour tous et non seulement pour les uns.

Nous vous remercions, M. le Ministre, pour votre sollicitude, mais les habitants de ces pays, entre autres les chrétiens, attendent de vous plus que des paroles.

Père Rif’at Bader
Prêtre du Patriarcat Latin – Jordanie
Directeur du Centre Catholique d’Etudes et de Communication
www.abouna.org
abouna.org@gmail.com
00962 79 5573 261