Pages Menu
Categories Menu

Posted on 11 Nov 2010 in Diócesis, Noticias de la diócesis

[FR] Ces catholiques qui viennent d’Inde

l_baptismIndiansEn août dernier, le Patriarche latin de Jérusalem, S.B. Mgr Fouad Twal, a érigé une communauté particulière pour les immigrés catholiques indiens du diocèse. Elle est confiée à la charge de quelques frères mineurs, eux-mêmes indiens. Le site terrasanta.net a publié une interview accordée par l’un deux, le frère Jayaseellan Pitchaimuthu, afin de faire connaître ses fidèles. En voilà quelques extraits

Père Jayaseellan, que pouvez-vous nous raconter sur les catholiques indiens qui vivent en Israël ?

Les premiers migrants indiens sont arrivés en Israël il y a 5 ans, à la recherche de meilleures opportunités de travail. Depuis lors, leur nombre est allé croissant. Aujourd’hui, les travailleurs indiens sont 5000, et 3 ou 4000 sont catholiques. (…) A peine arrivés, ils apprennent les bases de l’hébreu et de l’arabe, afin de pouvoir travailler. Certains d’entre eux savent même très bien l’hébreu. Ils trouvent du travail comme auxiliaires domestiques, principalement à Tel Aviv, à Herzliya, Rameh, Tibériade ou encore Haïfa. (…)

Comment vit la communauté catholique indienne en Terre Sainte ? A quelles difficultés doit-elle faire face, quelles sont ses préoccupations ?

Cette communauté est une bénédiction mais aussi un grand défi. Pour beaucoup d’entre eux, être ici est un rêve qui devient réalité : trouver du travail sur la terre de notre Seigneur, né lui aussi d’une famille de migrants. (…) Mais il est également difficile de vivre dans une réalité bien différente de celle qu’ils avaient imaginée. Aider les personnes âgées implique souvent le fait de devoir veiller toute la nuit. Certaines familles ne garantissent pas à leurs employés la nourriture ou le repos nécessaires. Elles ne sont pas toujours aimables envers les étrangers. Il y a aussi la préoccupation pour les personnes chères restées au pays. Beaucoup ont également des dettes dans leur patrie d’origine. Certains ont peur des agences d’intérim, qui exigent de très importantes commissions, ainsi que des employeurs sans pitié ou encore des contrôles du département Immigration de la police.

Qu’est-ce qui amène ces personnes en Terre Sainte ?

J’ai moi-même posé cette question à de nombreuses personnes. Invariablement, la réponse est que leur foi est intimement liée à cette terre, et que c’est cette raison qui les a poussées à chercher du travail en Israël. Une autre raison est également le fait que nombre d’entre eux n’ont pas de formation spécifique, or s’occuper des personnes âgées ou des enfants ne requiert pas de grandes qualifications. L’Etat d’Israël offre en outre une bonne rétribution de ces travaux, bien supérieure à celle offerte en Inde.

Pour lire l’interview intégrale en italien, cliquez ici

Pour de plus amples informations sur la communauté indienne dans le diocèse du Patriarcat, voir l’article paru sur le site du LPJ, ici